Les informaticiens

Quelle différence y a-t-il entre Windows et un clou ?
– Aucune : tous deux sont destinés à se planter.
**************
Quelle est la différence entre Bill Gates et Dieu ?
– Dieu ne se prend pas pour Bill Gates…
**************
Quel est le point commun entre l’homme et « Windows » ? Chaque fois que ça sort on croirait que tout est inclus dedans, mais en fin de compte il y a toujours une version qui le remplace.
**************
Voici un lexique pour les « soft_WARE_s »

Abreuvware: serveur de réseau
Armware: Unité de stockage de données
Arrosware: logiciel de diffusion de messages électroniques
Assomware: logiciel très difficile à comprendre
Aurevware: procédure de sortie d’un logiciel
Avware: logiciel qui vaut le coup d’oeil
Baigneware: logiciel de nettoyage du disque rigide
Boudware: logiciel dédié a la méditation
Bavware: logiciel pour le premier âge
Cafenware: logiciel très énervant
Cherware: logiciel qui coûte la peau des fesses
Cibware: logiciel mal fait qui nous fait sacrer lorsqu’on l’utilise
Depotware: poubelle de Windows
Dortware: logiciel plate à dormir debout
Egoutware: logiciel qui filtre les données inutiles
Embaumware: logiciel dédié à l’archivage de longue durée
Entonware: logiciel de compression de données
Fumware: Salle de développement
lsolware: logiciel d’application électorale
Manware: logiciel destiné aux personnes riches
Merdeware: Logiciel très mal développé
Mirware: logiciel de copie
Mouchware: logiciel antivirus
Oratware: logiciel dont il faut prier pour espérer qu’il fonctionne
Panternware: logiciel dangereux pour l’utilisateur
Purgatware: logiciel dont il faut s’en confesser après utilisation
Promontware: logiciel d’observation
Promouvware: logiciel de démonstration
Rotisware: salle d’informatique mal climatisée
Suppositware: logiciel qui fait chier
Tirware: logiciel spécialisé dans le rangement des dossiers
Tupperware: réunion de directrices de plusieurs entreprises
Vatferware: logiciel de contrôle d’accès
**************
Les dix commandements du programmeur

1- Des Bugs tu ne t’inquièteras pas. Les bugs dans votre logiciel sont actuellement des fonctionnalités particulières.
2- Corriger le problème tu ne feras pas. Vos utilisateurs auront plus de chance de gagner au loto que de tomber encore sur ce bug.
3- Le traitement des erreurs tu ne gèreras pas. La gestion des erreurs ne signifie quelque chose que pour les gens enclins aux erreurs. Ni vous-même ni vos utilisateurs ne sont enclins à faire des erreurs.
4- Des restrictions, tu n’imposeras pas. Laisser l’utilisateur entrer n’importe quoi comme donnée, n’importe ou, n’importe quand. C’est ce que l’on appelle être TRES convivial.
5- Tu n’optimiseras pas. Les utilisateurs seront reconnaissants d’obtenir une information quel qu’elle soit. Ils ne s’inquiètent ni de la vitesse, ni de l’efficacité.
6- Tu n’aideras pas. Si un utilisateur n’est pas capable d’utiliser seul votre programme, il est trop abruti pour mériter votre programme de toutes façons.
7- Tu ne documenteras pas. La documentation ne sert qu’a annoncer de futures modifications. Comme votre programme est parfait des la première version, il n’aura jamais besoin d’être modifié.
8- Tu ne te presseras pas. Seuls les patrons ou les très mignonnes utilisatrices ont besoin d’un programme dans les temps.
9- Tu ne réviseras pas Votre interprétation des spécifications est toujours correcte. Vous connaissez les besoins des tilisateurs mieux qu’eux.
10- Tu ne partageras pas. Si des programmeurs ont besoin d’une partie de votre code, ils n’auront qu’a l’écrire eux-mêmes.